Londres, lieu de naissance de la drill UK

Depuis déjà plusieurs années, en même temps que la propagation du mouvement grime au Royaume-Uni, un genre plus sombre apparaît dans les quartiers de la capitale anglaise, la drill. Originaire des quartiers South Side de Chicago, elle est relevée au grand public grâce au succès d’un rappeur nommé Chief Keef. Elle voyage ensuite jusqu’au Royaume-Uni où elle va connaître un engouement important chez les gangs de Londres.

Faisons un petit retour dans l’histoire. Nous sommes dans les années 70, les États-Unis et l’Europe sont en pleine croissance et le besoin de main-d’œuvre augmente considérablement. Au contraire, du côté du tiers-monde, des difficultés financières amènent les habitants à immigrer vers le continent américain et européen. Jamaïcain, Haïtien et Portoricain, entre autres, se déplacent en espérant trouver du travail.

Mais une dizaine d’années plus tard, une crise économique vient toucher l’Europe et les USA, mettant les immigrants au chômage, finissant dans des ghettos sans espoir de réussir. Parmi eux, le quartier de Brinxton, situé au sud de Londres.

Brixton en difficulté 

Ce quartier est l’un des plus pauvres de Londres et a connu des taux de chômage records après la crise de 2008. Le manque d’espoir de se sortir de la pauvreté a entraîné un nombre important de trafics de drogue, de vol et une augmentation de la violence, tout ça structuré autour de gangs de plus en plus nombreux. Les jeunes se sont alors vite reconnus dans le quotidien des jeunes de Chicago, ils décident alors d’employer le même style de rap et les mêmes flows. 

Ils modifient les codes de Chicago et les adaptent à leur façon. La cagoule, par exemple, va devenir un élément incontournable de l’outfit du drilleur UK, d’abord car c’est un moyen d’éviter d’avoir des problèmes avec la justice, la moitié faisant partie de gangs et des casiers judiciaires bien remplis, de l’autre, de développer un style plutôt sombre et mystique.

En même temps, pour les beatmakeurs de Brixton, la drill de CHIRAQ est une révélation, la raison ? Ils sont originaires des régions caribéennes, et donc influencés par des styles dansants comme le Zouk et le Kompa. Ils y ajoutent ensuite des éléments de la grime, style musical qui s’est développé en même temps et donne ainsi un côté unique à la Drill UK.

La répression aux aguets

Dans les lyrics, les rappeurs n’utilisent ni vocodeur, ni métaphore, ils racontent le quotidien violent et sombre. Les paroles sont tellement violentes que les autorités anglaises ont commencé à agir, ce sont des centaines de clips qui ont été supprimés de la plateforme Youtube, suite à des menaces de mort prononcées dans certaines musiques. Pas de quoi les arrêter, ils ont alors développé leurs propres vocabulaires pour contourner la censure. Les mots « opp », pour désigner les gangs ennemis, et « pack », qui désigne les cendres de leurs rivaux, sont devenus une drogue qui peut être fumée. Ce terme déjà popularisé par l’artiste Chief Keef. 

La drill anglaise représente maintenant un modèle pour tous ses utilisateurs dans le monde, mettant ainsi aux yeux du grand public et des médias, leur quotidien difficile.

2 commentaires sur « Londres, lieu de naissance de la drill UK »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s