Julian Alaphilippe : c’est reparti pour un tour !

Le coureur français, que l’on n’avait plus vu depuis Paris-Nice en mars, sera de retour sur sa selle cet après-midi au départ des Strade Bianche. Pour le champion tricolore, c’est une nouvelle saison qui démarre, avec des objectifs très élevés.

Vendredi 19 juillet 2019, à Pau, au terme d’un contre-la-montre de haute volée, Julian Alaphilippe exulte. Non seulement il reprend du temps à tous les favoris, mais on commence à croire qu’il peut aller au bout. Il finira finalement cinquième du Tour de France 2019 et cette victoire à Pau sera la dernière avant un long passage à vide. Sorti exténué de cette grande boucle, il abandonne à la classique San Sebastian, alors qu’il est tenant du titre. Il ne gagnera pas non plus lors des classiques ardennaises. Après un long repos, il ne revient pas en forme en 2020 et est peu en vue lors de Paris-Nice. Arrive à ce moment le coronavirus. Un break de trois mois pendant lequel le Français se dit « impatient de reprendre » (France Bleu). Cette longue période sans compétition lui a sans doute redonné cette envie de victoire, victoire qui lui échappe depuis maintenant plus d’un an.

Quoi de mieux pour y regoûter qu’une course qu’il connaît bien ? Tenant du titre, Julian Alaphilippe tentera de faire le doublé sur les Strade Bianche, une course qu’il « aime beaucoup ». Il enchaînera le week-end avec une autre course où il est le tenant du titre : Milan-San Remo. « Gagner Milan-San Remo reste un de mes meilleurs souvenirs cyclistes » (France Bleu), c’est dire s’il voudra rééditer l’exploit cette année.

Un programme chargé

Si la compétition lui avait beaucoup manqué, il va être servi. Coronavirus oblige, le calendrier de cette saison 2020 sera très particulier, avec des courses très resserrées dans le temps. Pour Julian Alaphilippe, elle est divisée en deux grandes parties. La première aura en point d’orgue le Tour de France. Il commencera donc aujourd’hui avec les Strade Bianche et samedi prochain avec Milan-San Remo. Puis il prendra part au Critérium du Dauphiné, entre le 12 et le 16 août, avant les championnats de France en Bretagne le 23 août. Enfin il prendra le départ de la grande boucle le 29 août à Nice.

Alaphilippe voudra renouer avec la victoire sur le Tour de France

Après le Tour de France il n’aura pas le temps de se reposer puisqu’il ira dans la foulée aux championnats du monde en Suisse. Les classiques ardennaises arriveront ensuite très vite avec la Flèche Wallone le 30 septembre, Liège-Bastonne-Liège le 4 octobre, l’Amstel Gold Race le 10 octobre. Il achèvera ce périple par sa première participation au Tour des Flandres le 18 octobre. Elle viendra conclure trois mois de compétition où le Français aura de grandes ambitions.

Quels objectifs cette saison ?

« Son objectif principal cette année c’est le championnat du monde » pour Matthieu Sirvent, rédacteur chez Le Gruppetto. Il faut dire que le tracé en Aigle et Martigny lui convient bien avec des ascensions plutôt adaptées à son profil de puncheur. La descente qui mène à l’arrivée peut aussi l’avantager, lui qui excelle dans cet exercice. Il a aussi en ligne de mire les classiques en automne. S’il a déjà remporté la Flèche-Wallone, il n’a jamais remporté l’Amstel Gold Race et Liège-Bastonne-Liège. « Entre ces trois-là il vise surtout Liège-Bastonne-Liège » et pourquoi pas jouer les trouble-fêtes sur le tour des Flandres. En juin il était allé faire une reconnaissance avec son équipe Deceuninck Quick-Step. Pour ce qui est de ses premières courses de la saison, Julian Alaphilippe a déclaré ne pas s’être fixé de réels objectifs. Ce sera l’occasion pour lui de se jauger après quatre mois sans compétition.

Qu’en est-il du Tour de France ? Il l’a déjà annoncé, il ne jouera pas le général lors de cette grande boucle. Pour Matthieu Sirvent, « l’idée c’est de ne pas perdre trop d’énergie pour arriver en forme aux championnats du monde et aux classiques ». Mais cela ne veut pas dire qu’on ne le verra pas briller. Pour Gaëtan Scherrer, journaliste à L’Equipe, le fait qu’il participe au Critérium du Dauphiné « donne une forte indication sur un de ses objectifs principaux de cette saison qui est le Tour de France, pas forcément pour y jouer le général, mais pour aller chercher des étapes et pourquoi pas le maillot blanc à pois rouge » (ndlr: maillot qui récompense le meilleur grimpeur). Quand on lui demande si Alaphilippe peut faire de l’intox il répond « pourquoi pas, en annonçant qu’il ne joue pas le général c’est un moyen pour lui de surprendre les autres favoris ». Matthieu Sirvent lui n’y croit pas trop : « lui et son équipe l’ont dit, ils ne sont pas taillés pour jouer le général (…) après s’il a le maillot jaune, il ne va pas le laisser filer ».

Un parcours 2020 qui pourrait convenir à Julian Alaphilippe.

Qui pour le stopper ?

Sur de nombreuses courses, à commencer par les Strade Bianche aujourd’hui, Alaphilippe sera vu comme le principal favori. Un statut parfois difficile à porter. Il sera forcément très surveillé. Il aura fort à faire notamment face à Jakob Fulsang, Greg Van Avermaet, Peter Sagan. « Le plus gros concurrent ça devrait être Mathieu Van der Poel » selon Matthieu Sirvent. On se souvient notamment qu’il avait déposé Alaphilippe et Fulsang lors de l’Amstel Gold Race l’an dernier. Le Néerlandais sera aussi très surveillé, ce qui pourrait donner plus de liberté à Julian Alaphilippe.

Lors du Tour de France, même s’il décide finalement de jouer le général, la tâche s’annoncera compliquée puisque les meilleurs grimpeurs du monde seront présents. On aura notamment le duel Jumbo-Visma contre Ineos avec d’un côté Tom Dumoulin, Steven Kruijswijk et Primoz Roglic et de l’autre Christopher Froome, Geraint Thomas et Egan Bernal. Seront aussi présents Thibaut Pinot, Romain Bardet, Nairo Quintana, Mikel Landa, Emmanuel Buchmann et tant d’autres encore. Dur de se faire une place au milieu de ce casting cinq étoiles.

Pour la Flèche Wallone, Liège-Bastonne-Liège et l’Amstel Gold Race, Julian Alaphilippe devra encore batailler contre Van der Poel. Jakob Fulsang lui sera au départ du Giro et ne disputera donc pas les classiques ardennaises (le calendrier serré fait que le Giro et les classiques se courent en même temps). Attention tout de même à Dylan Teuns, Maximilian Schachmann et l’éternel Alejandro Valverde. D’autres noms seront annoncés dans les semaines à venir.

Rendez-vous donc cet après-midi pour le lancement de la saison de Julian Alaphilippe, qui cette année encore a des objectifs très élevés.

crédit photo : twitter Deceuninck Quick-Step

C’est parti pour le Tour de France… virtuel !

Le Tour de France 2020, qui devait s’élancer le week-end dernier à Nice, débutera finalement le 29 août. En attendant, les patrons de la grande boucle ont décidé d’organiser le premier Tour de France virtuel. La course, qui commence aujourd’hui, s’étendra sur trois week-ends et comptera six étapes. Plusieurs grands noms participent à ce Tour pas comme les autres, depuis leur home trainer.

« Nous n’imaginions pas un mois de juillet sans cyclisme, et encore moins sans Tour de France. Il fallait faire quelque chose » a déclaré Julien Goupil, directeur du département des médias chez ASO, l’organisateur du Tour de France. Dans la lignée des derniers mois, c’est donc en e-sport que va se courir ce Tour, en attendant la vraie course. Pour cette course ASO est en partenariat avec ZWIFT, un programme d’entraînement virtuel qui permet aux sportifs amateurs de venir se frotter aux cyclistes professionnels (pour les étapes 2, 4 et 5). Pour les autres fans de vélo, l’événement sera retransmis en direct sur le replay de France Télévisions.

Le premier TDF virtuel débute à 15h

Les stars répondent présentes

Au programme, six étapes d’environ une heure chacune, loin des standards habituels de la course. L’étape la plus difficile, promise aux grimpeurs, aura lieu le samedi 18 juillet avec l’équivalent d’un col de première catégorie et une arrivée au Chalet-Reynard sur les pentes du Mont Ventoux ( 1200 mètres de dénivelé positive ). Les deux premières étapes rappelleront la moyenne montagne de l’arrière-pays niçois. La troisième sera plate, idéale pour les sprinteurs, tandis que la quatrième sera vallonnée. Enfin, on aura droit le dernier jour à la traditionnelle étape des Champs-Elysées.

Au total 23 équipes professionnelles masculines et 16 équipes féminines prendront le départ de ce Tour de France avec quelques grands noms à l’affiche. Côté Français on retrouvera notamment Julian Alaphilippe, Romain Bardet ou Warren Barguil. Pour ce qui est des autres stars, on comptera Christopher Froome, Egan Bernal, Richie Porte, Nairo Quintana … un casting cinq étoiles. Du beau monde chez les femmes aussi puisque Chloé Dygert, Anna van der Breggen, Chantal Blaak ou encore Marianne Vos seront présentes.

Une course pour la bonne cause

Ce Tour de France virtuel n’a pas pour seul but de revoir un maillot jaune au mois de juillet. En réponse à la crise sanitaire et économique du coronavirus, ASO lance l’opération de Tour de France solidaire qui se tiendra jusqu’à la fin du vrai Tour en Septembre. Cette opération consiste à venir en aide à cinq associations : Emmaüs, Le secours populaire français, Jeugdfonds Sport & Culture, BiJeWa, et Qhubeka. Tous les profits liés à la course virtuelle seront directement reversés à ces associations. Les organisateurs s’engagent également à leur offrir 1500 vélos neufs. Les fans pourront aussi donner des vélos à restaurer. Pour chaque vélo récupéré, 30 euros seront reversés à ces mêmes associations.

Ce Tour de France virtuel, en plus d’être une action solidaire, fera office de petite répétition générale avant la vraie course que le monde du cyclisme attend avec impatience.

Crédit photo : Nicolas DUPREY/ CD 78