Où en est la robotique française ?

Du 10 au 11 décembre s’est tenu le salon de la robotique agricole à Toulouse. L’occasion de revenir sur les progrès de la discipline que ce soit dans l’agriculture ou autre.

En ce qui concerne les champs, si l’automatisation complète n’est pas encore atteinte, elle se rapproche chaque jour un peu plus. Tout d’abord de par la variété de taches réalisées par les robots agricoles actuels. Récolte, désherbage, tonte … la quasi-totalité des tâches des agriculteurs peut aujourd’hui être robotisée. L’étape suivante se met d’ailleurs petit à petit en route, si les robots fonctionnaient généralement séparément les uns des autres, ils peuvent aujourd’hui agir de concert. Permettant d’automatiser des pans entiers de l’activité agricole. Autre avancée, les robots ne se construisent plus en milieu fermé dans des laboratoires. Souvent à l’initiative de start-up, ces machines sont de plus en plus créées en partenariat entre les ingénieurs et les agriculteurs sur le terrain. Ainsi, ce sont de nombreuses entreprises françaises qui ont tendance à sortir du lot et à apporter de nouvelles perspectives aux agriculteurs. Naïo Technologies, Vitibot ou encore Instar Robotics, toutes basées dans l’hexagone, sont donc les acteurs qui façonneront l’agriculture tricolore de demain.

Les France et ses atouts

En dehors de l’agriculture, la France est un des pays les plus automatisés d’Europe, et se classe 18ème dans le classement mondial. Il n’y a d’ailleurs pas que dans le domaine agricole que les ingénieurs hexagonaux se démarquent. Parmi les exemples les plus brillants on peut citer la performance réalisée au CHU d’Amiens en octobre dernier. Une pose d’implant auditif réalisée avec une assistance intégralement robotisée. Il s’agit d’une première mondiale qui ouvre la voie à de nouvelles possibilités dans le domaine de la chirurgie. Notamment en ce qui concerne les potentielles séquelles physiques issues des opérations. À l’avenir le geste chirurgical sera moins lourd pour le patient grâce à l’action conjuguée du médecin et de l’appareil, qui permet une plus grande précision dans l’exécution des tâches.  L’institut picard est d’ailleurs en pointe dans ce domaine et a lancé, fin novembre dernier, en présence d’Emmanuel Macron, le Groupement de recherche et d’études en chirurgie robotisée.

CHU d'Amiens
L’équipe qui a accompli cette première mondiale. / © CHU d’Amiens

De nouveaux secteurs à explorer

L’hexagone a donc des arguments à faire valoir dans ce domaine d’avenir qu’est la robotique. Mais reste néanmoins en retard dans d’autres secteurs clés. Par exemple la sécurité, où les Américains sont pour l’instant leaders, avec des modèles qui ont récemment connu leurs premières utilisations en opération réelle. C’est l’entreprise Boston Dynamics qui a mis en vente son projet de robot quadrupède. Les premiers déploiements en conditions réelles ont été effectués par la police du Massachussetts. Des vidéos lors d’un exercice montrent l’appareil en train de déverrouiller et d’ouvrir une porte. Une utilisation par les équipes de déminage qui n’est que l’une des nombreuses possibilités qu’offre ce nouveau type d’outil. Enfin si elle n’est pas toujours à l’initiative des avancées en matière de robotique, la France constitue tout de même un équipementier reconnu puisque ce sont des outils de mesure français qui équipent par exemple le robot américain Insight qui inspecte actuellement la surface de la planète Mars.

Grève du 5 décembre : Résumé dans les Hauts-De-France

Plusieurs millions de salariés du public et du privé ont fait grève, ce jeudi, contre la réforme des retraites. Transports, Éducation nationale, hôpitaux, pompiers, policiers, avocats, éboueurs, énergie… La France a tourné au ralenti. Résumé de la journée dans les Hauts-De-France.

HAUTS-DE-FRANCE

Lille

15 000 à 20 000 manifestants dans le cortège selon les syndicats, la police en dénombre 14 000. La manifestation a débuté vers 14 h 45 au départ de la Porte de Paris. Syndicats et Gilets jaunes marchent ensemble. Plus de 2 km de cortège dans le centre-ville. En début de manifestation, des gaz lacrymogènes sont lancés dans le cortège, alors que les pompiers essayent d’aller sur le périphérique.

Un autre cortège part de la gare, rassemblant étudiants, pompiers et Gilets jaunes. La manifestation se déroule sous les fumigènes, départs de feu et gaz lacrymogènes. À 18 h 00, le mouvement se termine, puisque la police a éclaté le cortège de manifestants au rond-point de la Porte des Postes.

Dunkerque

Selon La Voix du Nord, 4 000 personnes, d’âges divers, du secteur public et du privé, ont manifesté.

Parmi eux, Sylvie, enseignante depuis 35 ans, témoigne à La Voix du Nord : « dans deux, trois ans (je prends ma retraite). Je ne risque pas grand-chose. Mais je suis là pour les générations suivantes. On ne sait pas ce qu’ils auront ».

La Voix Du Nord

Amiens

Réunie en intersyndicale ce jeudi matin, l’assemblée générale des cheminots a voté à l’unanimité la reconduction de la grève pour ce vendredi contre la réforme des retraites.

Les manifestants se sont rassemblés à la Maison de la culture en attendant le départ du cortège qui commence à 14h.

Vers 17 heures, la manifestation se termine, dans le calme . Aucun incident à déplorer sur l’ensemble du cortège.

La CGT compte 8000 personnes.

Alice Meunier
Alice Meunier

Saint-Quentin

L’intersyndicale appelait à une manifestation à 15 heures, Le départ du cortège : Place du 8 octobre. La manifestation s’est déroulée dans le calme. L’habituelle bataille des chiffres, les syndicats, FO et CGT, annonçaient 3000 participants à midi, la police environ 2000 personnes. Sur place, les journalistes de la rédaction d’Aisne Nouvelle estiment une participation de 6000 personnes.

Beauvais

4500 Isariens s’étaient rassemblés à Beauvais, selon la CGT. Les forces de l’ordre n’ont pas communiqué de chiffre exact pour la mobilisation à Beauvais. CGT, FSU, SUD sont les principaux syndicats représentés. Une manifestation assez calme.

Une partie de la foule a hué la députée de la 2e circonscription de l’Oise, Agnès Thill, en passant devant sa permanence.

Actu Oise

Pierre Ripart, le secrétaire départemental du SNUipp-FSU Isarien, a confirmé que la grève est reconduite ce vendredi.

Actu Oise