Michael Schumacher (Monza 1998)

Michael Schumacher : où en est l’état du Baron Rouge ?

Alors que la Formule 1 a repris ses droits le week-end dernier, l’état de Michael Schumacher se serait détérioré selon la presse anglaise à cause d’un manque de soins appropriés. Une nouvelle qui viendrait rompre avec un mystère tenu depuis des années par ses proches.

Presque sept ans après son terrible accident de ski à Méribel en France, l’état de santé de l’ancien pilote de Formule 1 Michael Schumacher reste flou. Cependant le tabloïd anglais The Mirror nous a appris que la condition physique du septuple champion du monde se serait dégradée. En cause ? La pandémie de Covid-19 qui aurait obligé l’Allemand à un alitement prolongé en le privant de soins quotidiens appropriés à son état grave.

D’un point de vue médical, il souffrirait d’atrophie musculaire (perte des muscles) et d’ostéoporose (affaiblissement des os). Des révélations non confirmées par les proches du Baron Rouge, mais qui viennent alimenter un gros climat de doute concernant l’état de santé de Schumacher. 

Mick Schumacher, premier témoin du terrible accident, ne s’est jamais exprimé sur l’état de santé de son père. Aujourd’hui âgé de 21 ans, Mick, qui a fait ses débuts en Formule 2, a néanmoins accordé à Sport Bild un beau message concernant son père : « Il m’a toujours inculqué des valeurs capitales. La plus importante qu’il m’a transmise (…) c’est l’humilité et le fait de constamment avoir conscience d’avoir les pieds sur terre, peu importe les circonstances. Personnellement, je le considère non seulement comme le plus grand pilote de l’histoire, mais avant tout comme un père ». Le jeune pilote a terminé sa course en Autriche à la 11ème place.

« L’essentiel est de savoir que la situation est difficile »

Avant ces informations inquiétantes de la part des médias anglais, une autre voix était venue apporter un message sur la condition de Schumi. Celle de son ancien coéquipier chez l’écurie Ferrari, Felipe Massa. Au micro de Fox News en mai dernier, il avait déclaré : « Je sais comment il va. Ma relation avec lui a toujours été étroite. ». Le Brésilien avait en suite été alarmiste sur son ami : « L’essentiel est de savoir que la situation est difficile. Il faut respecter ça car c’est le souhait de la famille. Ils n’aiment pas divulguer d’informations alors qui suis-je pour le faire ? ». 

Un clan qui ne dévoile rien… ou presque

Depuis son accident, la connaissance de sa condition physique est cadenassée par son clan. En septembre 2019, le recordman de championnats du monde avait été pris en charge à l’Hôpital européen Georges Pompidou où un traitement à base de thérapie cédulaire lui avait été administré. À la suite de cette hospitalisation, l’état de Schumacher se serait amélioré, il aurait même été conscient.

En fin d’année 2019, la femme de l’ancien pilote de Ferrari, Corinna Schumacher avait témoigné sur les réseaux sociaux. Dans un texte mystérieux, elle déclarait « Les grandes choses commencent par des petits pas. Beaucoup de petites particules peuvent former une énorme mosaïque. Ensemble nous sommes plus forts». Un message qui a ravivé l’espoir chez les fans du Baron Rouge qui avaient lancé le mouvement #KeepFightingMIchael.

En 2018, la porte-parole de Michael Schumacher, Sabine Khem déclarait chez nos confrères de l’Illustré : « La santé de Michael n’est pas un problème public, et nous allons donc continuer de ne faire aucun commentaire à ce sujet. C’est aussi pourquoi il faut protéger sa sphère privée. »

Depuis l’accident, Ralf Schumacher, joue également le jeu du mutisme vis à vis de la santé de son frère aîné. Depuis quelques mois, il est devenu consultant Sky Sport pour la télévision allemande et élude systématiquement les questions sur son frère.

Michael Schumacher reste le recordman absolu en Formule 1 avec le plus de championnats gagnés (7), le plus de victoires (91) et le plus de podiums (155).

Crédit photo : Wikipédia

Ferrari : Le cheval cabré perd son cavalier n°1

C’est fini ! La Scuderia a annoncé ce mardi mettre fin à sa collaboration avec Sebastian Vettel, couronné à 4 reprises du titre de champion du monde. Les deux parties n’ont pas réussi à trouver un terrain d’entente pour la prolongation de son contrat. Une association bien remplie qui aura laissé des traces…

Arrivé au bout de son contrat avec le constructeur italien, le pilote de 32 ans aurait demandé une prolongation de 3 ans accompagnée d’une rémunération équivalente à celle actuelle. La Scuderia lui avait fait une contre-proposition, celle d’un contrat de 1 an avec option pour 2022, assorti d’un salaire identique à celui de son coéquipier Charles Leclerc, qui est 3 fois moins important.

« La Scuderia Ferrari et Sebastian Vettel ont décidé conjointement de ne pas prolonger le contrat en cours au -delà de sa date d’expiration, à la fin de la saison 2020 » annonce le communiqué.

Dorénavant, deux choix s’offrent à lui, le quadruple champion d’Allemagne pourrait envisager de laisser son bolide au garage et de prendre les rênes de père de famille. Sinon, plusieurs écuries s’ouvrent à lui, McLaren, si Carlos Sainz le remplace à Ferrari, Mercedes, avec Bottas qui n’a toujours pas renouvelé son contrat qui expire fin 2020, ou encore Renault, si Riccardo le remplace. Des choix qui lui permettraient d’oublier 5 années mitigées sous l’écusson du cheval cabré.

Au sommet de son art

À la fin du championnat 2014, Sebastian Vettel quitte l’écurie Red Bull pour laquelle il a obtenu 38 victoires, 44 « pole position » ainsi que ces 4 titres de champion du monde. Il rejoint alors la Scuderia Ferrari avec un contrat de 3 ans. Dès le deuxième Grand Prix de la saison 2015, son talent fait la différence, il obtient sa première victoire en Malaisie et signe en même temps sa 40ème victoire en carrière.

La même année, grâce à sa victoire à Singapour, l’allemand dépasse Ayrton Senna au troisième rang des pilotes victorieux en Formule 1 avec ses 42 succès personnels. Il dédira sa victoire à Jules Bianchi, décédé une semaine plus tôt : « Merci Jules, cette victoire est pour toi (…) tu seras toujours dans nos cœurs ».

À la fin de sa première saison au sein de l’écurie de Maranello, il accumule treize podiums et terminera la saison à la 3ème place du championnat des pilotes, derrière Nico Rosberg et Lewis Hamilton.

Manque de constance 

En 2018, malgré ses victoires et ses douze podiums, sa mauvaise 2ème partie de saison est fatale, il finira 2ème du classement des pilotes derrière l’intouchable Lewis Hamilton, remportant son 5ème titre mondial. Ces mauvaises prestations émettent des doutes sur sa capacité à rendre à Ferrari sa couronne de reine de Formule 1.

L’année suivante, la descente aux enfers commence, il obtient son pire classement depuis son arrivée au sein de l’écurie, il terminera à la 5ème place du championnat des pilotes derrière son nouvel équipier, Charles Leclerc. Un championnat encore et toujours remporté par Lewis Hamilton.

Malgré un passage à vide chez Ferrari et des résultats en dents de scie, le pilote allemand a permis à la nouvelle génération d’être plus performante que jamais comme Charles Leclerc : « être ton coéquipier a été un grand honneur pour moi. Nous avons vécu des moments de tension en piste. De très bons et d’autres qui ne se sont pas terminés comme nous le voulions, mais toujours dans le respect, même si ça n’a pas été perçu comme ça de l’extérieur. Je n’ai jamais autant appris qu’avec toi pour équipier. Merci pour tout Seb » explique-t-il. De quoi être fier de son parcours…