Antoine Griezmann et Neymar Jr au Barça

Peut-on comparer les débuts d’Antoine Griezmann et de Neymar au FC Barcelone ?

Ces dernières semaines, beaucoup d’encres ont coulé sur les débuts d’Antoine Griezmann au FC Barcelone et des rumeurs de départ ont même été évoquées. Une comparaison récurrente entre le Français et le Parisien Neymar est également venue alimenter les débats. Mais peut-on réellement comparer leurs débuts au Barça ?

Incompatible, pas au niveau, le vestiaire contre lui… Chaque jour, de nouvelles critiques surgissent sur la présence d’Antoine Griezmann au Barça. Même si le match face à Villarreal (victoire 4-1 – J34 ) a redoré l’image du champion du monde, c’est un bilan mitigé qui se dessine en cette fin de saison. Avec 9 buts et 4 passes décisives en Liga pour 35 rencontres, l’ex Colchonero n’a convaincu personne sur la réussite de son transfert. 

Le trio Messi-Suarez-Griezmann a du mal à fonctionner et fait regretter les années « MSN » où le Brésilien Neymar écrivait les beaux jours de la Catalogne. Si le FC Barcelone demeure encore en course pour la Ligue des Champions, il reste néanmoins difficile de parier que le toit de l’Europe sera blaugrana fin août.


Griezmann, statistiquement égal à Neymar

Si le trio Messi-Suarez-Neymar reste à jamais gravé dans la mémoire de tous les supporters barcelonais, il est cependant nécéssaire de se remémorer que le prodige auriverde avait réalisé une première saison en demi-teinte, loin de ses standards au Santos des saisons précédentes.

En effet, Ney était arrivé dans un contexte particulier après avoir remporté la Coupe des Confédérations, mais surtout lors d’un transfert suspect qui avait couté la démission du président catalan en place, Sandro Rosell. Lors de cette première saison, si le jeu du Brésilien fut louable, il n’en fut pas pour autant exceptionnel : 14 buts toutes compétitions confondues en 41 matches et 9 cartons jaunes. 

Griezmann réalise actuellement des statistiques équivalentes à celles de Neymar en 2013/2014 : 15 buts, 46 matches et 4 cartons jaunes. Même si Karim Benzema a affirmé dans France Football que « le football était en train de devenir une compilation de statistiques », ces dernières permettent néanmoins de nuancer les critiques.

Comme Griezmann, Neymar non épargné par la critique

Avant son éphémère réconciliation avec la presse espagnole lors de sa brillante rencontre face à Villarreal, Antoine Griezmann avait déjà subi les foudres de celle-ci. Lors du 2-2 contre le Celta Vigo le 27 juin, Sport a déclaré que le Français était « l’unique responsable de ses misères ». Mundo Deportivo, quant à lui, a pointé du doigt le fait que l’entraîneur Quique Setién n’offrait qu’un « rôle secondaire » au champion du monde. 

Lors de sa première saison avec le FC Barcelone, Neymar s’était également attiré bon nombre de critiques. Le regretté Johan Cruyff n’avait pas eu des mots tendres à l’égard de la jeune star brésilienne. En mars 2014, l’ancien entraîneur néerlandais déclarait « Le problème du Barça aujourd’hui, c’est Neymar. ». Avant de rajouter que « personne n’était Dieu à 21 ans (âge de Neymar à l’époque). Ils ont déjà le meilleur joueur du monde, et un joueur de 21 ans ne peut être la référence de l’équipe. ». Ambiance. La presse espagnole ne l’épargnait pas non plus en le qualifiant à maintes reprises de « plongeur ».

Neymar 2013/2014 /@MNcompsJR (YT)

Neymar, leader malgré lui

Si Griezmann a la chance d’évoluer avec des joueurs de rang mondial dès cette première saison, ce ne fut pas le cas pour Neymar puisque Luis Suarez n’est arrivé qu’à l’été 2014 en provenance de Liverpool. Le Brésilien jouait alors dans un effectif affaibli avec de nombreux blessés en défense (Gerard Piqué, Carles Puyol et Victor Valdés). 

Dès le début du mois de novembre 2013, Neymar était devenu le leader sur le terrain à la place de Messi, blessé et moins performant que lors de sa mythique saison 2012, en partie à cause du scandale de fraude fiscale qui planait au-dessus de l’Argentin. 

Neymar fut également blessé lors de sa première saison. En janvier 2014, il s’était fait une entorse de la cheville et n’avait rechaussé les crampons qu’un mois plus tard, chose qu’Antoine Griezmann n’a, heureusement, pas connu cette saison avec le FC Barcelone.

Ce n’est qu’à la fin du bal que l’on paye les musiciens et il faut admettre que la partition d’Antoine Griezmann cette année n’a pas été exceptionnelle. Mais statistiquement, il réalise une saison similaire à celle de Neymar lors de sa première saison avec le Barça. La suite pour le Brésilien avec Barcelone est connue de tous : Ligue des Champions, trio le plus prolifique d’Europe et un souvenir impérissable. Souhaitons le même avenir pour Griezmann, si ce dernier s’accroche jusqu’à l’année prochaine…

Crédit Photo : Flickr

Où est passé le vrai Griezmann ?

Arrivé en Catalogne l’été dernier contre un chèque de 120 millions d’euros, Antoine Griezmann n’arrive pas à s’imposer du côté de Barcelone. De nouveau titularisé par Quique Setien après sa médiocre prestation contre Majorque, l’international français n’a une nouvelle fois pas pesé lors de la victoire de son équipe face à Leganés (2-0).

Après avoir passé cinq années du côté de l’Atletico Madrid, Antoine Griezmann a fait le choix de rejoindre le FC Barcelone et évoluer aux côtés d’un certain Lionel Messi, mais bientôt un an après son arrivée, le champion du monde est loin de faire l’unanimité. Après une première partie de saison difficile, Griezmann assurait pourtant revenir en forme pour la reprise du football après la pandémie concernant le COVID-19 : «  La pause m’a fait du bien. J’avais besoin de me reposer. Cela faisait cinq ans que je n’avais pas connu de période si longue sans jouer. J’ai pu profiter de ma famille et je suis au top physiquement et mentalement désormais.  »

Des paroles qui n’auront pas été suivies d’actes puisqu’Antoine Griezmann cédera sa place dès la 57ème minute de jeu après avoir été transparent pendant la première heure de jeu. Trois jours plus tard, l’international tricolore va se montrer une nouvelle fois muet face à Leganés et n’a donc plus fait trembler les filets adverses depuis 340 minutes désormais. 

Un positionnement différent qu’à l’Atlético ou en équipe de France

À l’Atlético, Antoine Griezmann évoluait en tant que dépositaire du jeu, en électron libre avec un grand volume de jeu puisqu’il était également essentiel grâce à ses replis défensifs. Mais au Barça, le Mâconnais est dans l’ombre de Messi et doit donc se contenter d’un rôle d’ailier depuis son arrivée en Catalogne. Un nouveau positionnement qui empêche le Français d’exprimer ses qualités, car oui il est tout sauf un joueur de couloir.

Malgré cette première saison difficile, il est encore trop tôt pour juger son passage en Catalogne. Sous contrat jusqu’en 2024, Antoine Griezmann devrait rester Barcelonais encore quelques années et aura donc de nouvelles occasions pour remonter la pente.

Crédit photo : Pixabay

France-Moldavie : un match à enjeux

Football. L’Équipe de France reçoit jeudi soir la Moldavie au Stade de France pour les éliminatoires de l’Euro 2020. Les bleus, favoris, peuvent se qualifier s’ils battent leur adversaire, ou si l’Islande ne gagne pas en Turquie (18h).

Les joueurs de Didier Deschamps retrouvent la Moldavie, jeudi, pour un match crucial dans ces phases de qualification. Vainqueur 4-1 lors du match aller en mars dernier, les Français s’étaient rapidement mis à l’abri. Le trio offensif Mbappé-Giroud-Griezmann avait brillé, Raphaël Varane s’était aussi démarqué, en plantant son but. Le match retour ne s’annonce guère plus difficile, les Moldaves ont perdu 7 matchs sur 8 joués.

Didier Deschamps en conférence de presse
Didier Deschamps participera à son 99ème match en tant que sélectionneur des Bleus contre la Moldavie ce jeudi

L’Équipe de France devra se montrer sérieuse sur toutes les lignes pour aller chercher sa qualification. L’Islande est troisième avec 4 points de retard. Une victoire et un match nul durant les deux prochains matchs suffisent aux Français pour obtenir ce graal. Une victoire face à la Moldavie suffirait aux bleus, pour rallier la compétition. Didier Deschamps s’est exprimé sur le sujet en conférence de presse : « L’Équipe de France est quasiment qualifiée et je n’aime pas les quasiment » a-t-il lancé avant de poursuivre « je n’ai pas beaucoup de temps, je resterai dans ma logique pour obtenir le résultat que l’on veut ».

Duel Franco-Turc pour la première place

Outre la qualification, une victoire des bleus leur permettrait de rester dans la course pour la première place du groupe H. Elle est actuellement occupée par la Turquie, victorieuse contre la France, 2 buts à 0 en juin dernier. Les deux équipes étant à 19 points, l’Équipe de France peut toujours espérer une contre-performance turque pour reprendre la tête de la poule.

Ce match sera une occasion pour Didier Deschamps de tester un nouveau dispositif avec 4 joueurs offensifs. Compte tenu des faiblesses défensives de l’équipe moldave, Coman, Giroud, Griezmann et Mbappé devrait être alignés. Entre l’absence de Blaise Matuidi (touché aux côtes) et de Paul Pogba (blessé à la cheville), le milieu est dégarni. Pour combler ces absences, N’Golo Kante, Moussa Sissoko, Tanguy Ndombélé ou encore Corentin Tolisso sont privilégiés. Le jeune Mattéo Guendouzi ne devrait pas être de la partie. Il pourrait avoir sa chance contre l’Albanie dimanche prochain. Le sélectionneur tricolore devrait aligner son équipe type : « Je ferai en sorte de mettre la meilleure équipe sans prendre de risques. Je ne sais pas ce qui peut se passer, comme la dernière fois avec la blessure de N’Golo (Kanté). Je ne suis pas là pour faire des expériences. » a-t-il ajouté lundi en conférence de presse.

Les bleus ont toutes les cartes en main. Tirer le trèfle serait un avantage pour les champions du monde en titre.