Harcèlement Scolaire : le fléau de l’Education Nationale

Depuis toujours, il existe une forme de violence bien vicieuse à l’école : le harcèlement scolaire. Ce problème était sous-estimé par l’Education Nationale. En 2010, le Parlement vote une loi pour former le personnel d’éducation à détecter les éventuels signes. Aujourd’hui qu’en est-il de l’application de cette loi ?

Votée en 2010, une loi contre le harcèlement scolaire a vu le jour. Elle permettrait de mettre en place une formation pour le personnel d’éducation : professeurs, CPE, assistante sociale ou encore surveillant, tous devront passer par une formation pour apprendre à détecter les enfants isolés et les enfants qui seraient susceptibles d’être des bourreaux. Le but ? Essayer d’enrayer le harcèlement scolaire des établissements et de diminuer le nombre de victimes du harcèlement.

Cette loi a beaucoup de mal à se faire une place dans le règlement de l’Education Nationale. Une partie des professeurs n’a pas encore reçu la formation ou trouve simplement que le harcèlement n’est que dispute d’adolescent sans autre forme de violence. À voir maintenant si les gens vont réagir et laisser la place à la loi.

Le harcèlement scolaire, une violence banale

Le harcèlement scolaire touche aujourd’hui près de 10% des élèves français dont seulement 5% trouvent le courage de parler et de dénoncer leur harceleur. Malheureusement, le harcèlement scolaire fait des dégâts. Le nombre de suicides d’adolescents a augmenté, ce qui est un véritable appel au secours de la part des jeunes adolescents qui subissent un harcèlement quotidien.

Aujourd’hui, le harcèlement peut être physique comme moral notamment sur internet. Le harcèlement moral est le plus vicieux et le plus destructeur. Il s’attaque directement à l’estime de soi et la confiance en soi. Le harcèlement moral est souvent accompagné du cyberharcèlement, rendant le harcèlement scolaire permanent, sans repos pour l’enfant, même chez lui.

La seule raison à ce déchainement de haine ou de violence de la part d’un groupe de personnes est une petite différence insignifiante : tes origines ethniques, ta religion, ta couleur de peau, ta couleur de cheveux, ton poids, ta manière de t’habiller, tes plaisirs, tes passions, même la réussite à l’école est un critère de harcèlement.

Seulement aujourd’hui peu de mesures sont mises en place pour éviter ce genre de situation, les professeurs trouvant cela puéril ou pensant à de simples altercations d’adolescents. Les parents ont parfois ce système de pensée, en croyant que c’est à l’enfant de se défendre et de forger sa propre personnalité face aux dures réalités de la vie.

La musique est devenue un rempart contre le harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire est devenu une thématique importante aujourd’hui pour la population. Si importante, que des chanteurs se dressent contre et militent pour faire bouger les mentalités.

Patrick Bruel, Soprano, Keen’v ou encore La Fouine, ils s’engagent de plus en plus contre le harcèlement scolaire. Ils utilisent notamment leur outil de prédilection : la musique.

Keen’v a ouvert la danse des chansons militantes contre le harcèlement scolaire avec sa chanson Petite Émilie en 2012. Une chanson émouvante où il décrit l’histoire d’une petite fille qui déménage avec sa mère et son beau-père, et qui intègre une nouvelle école en cours d’année. Une des raisons qui peuvent déclencher un harcèlement scolaire assez virulent. De même, il finit sur une note assez grave avec l’annonce cachée du suicide de son personnage principal, Émilie, qui ne supportait plus les brimades et agressions physiques.

Patrick Bruel enchaîne avec une collaboration avec La Fouine, rappeur. Ils créent tous les deux le titre Maux d’Enfants en 2014. Dans cette musique ils racontent plusieurs histoires de harcèlement complètement différentes. Patrick Bruel incarne un professeur qui s’inquiète pour ses élèves en difficultés. On voit notamment en action le cyber-harcèlement, qui fait autant de dégâts que les coups pour un jeune adolescent comme ceux montrés dans le clip. C’est un appel pour les professeurs de la part des deux artistes pour dire qu’eux aussi ils sont acteurs du harcèlement.

Soprano, le rappeur marseillais, sort la chanson Fragile cette année dans son album Phoenix. Une chanson où il prend un rôle de père qui parle à un de ses enfants. Il prend deux exemples de harcèlements qui, malheureusement, finissent mal. Il finit avec un couplet qui s’adresse directement à son enfant, afin de lui dire qu’il pourra toujours lui faire part de ses problèmes et qu’il l’aiderait toujours pour trouver la solution : « Que tu saches que ton père sera toujours là / Pour arracher les mauvaises herbes sur ta route ». Un appel aux parents pour leur faire prendre conscience de ne pas laisser leurs enfants dans leurs problèmes et d’être un soutien infaillible pour eux.

Des messages, tous forts, pour faire réagir la population. La musique a toujours été un moyen de faire passer des messages forts. Bruel, La Fouine, Keen’v et Soprano utilisent la complexe et la dure réalité du harcèlement, en passant leur propre message différents les uns des autres. Un père, un ami ou encore un professeur qui proteste contre le traitement des adolescents et l’inaction des autorités.