Les athlètes français face au report des JO de Tokyo

Les Jeux olympiques d’été ont été reportés pour cause de Coronavirus. Comme Kevin Mayer, le double champion olympique de judo, Teddy Riner a difficilement vécu l’annonce du report des JO de Tokyo mais cette décision semblait inévitable.

Une « décision logique » pour Nikola Karabatic, l’emblème du handball français. Un « c’est reculer pour mieux sauter, il faut positiver », pour la star française du tatami, Teddy Riner. Les athlètes français doivent affronter cette réalité économique.

L’Euro de football, le grand prix de Chine de formule 1 et le Tour de France reporté

L’année 2020 marquera le monde entier, notamment le monde sportif. Le gouvernement japonais envisage pour la première fois un report des Jeux olympiques de Tokyo. Le 24 mars dernier, le Comité international olympique (CIO) a fixé les nouvelles dates des Jeux olympiques de Tokyo. Les JO se dérouleront du 23 juillet au 8 août 2021 a déclaré le président du comité d’organisation japonais Yoshiro Mori lors d’une conférence de presse à Tokyo.

« Ceux qui dépriment doivent faire la part des choses et être responsables »

Pour Teddy Riner, « Les JO, le sport, c’est ma vie, mais on attendra un an. Le temps que les autorités sanitaires règlent ce problème ». La star de 2m04 s’est dite peinée de la situation, « C’est reporté d’un an il faudra faire avec. Mais ça va être encore plus difficile parce qu’un an de plus ça veut dire encore plus d’heures d’entraînement. C’est pour la médaille d’or. C’est reculer pour mieux sauter. Il faut positiver ».

« Si les JO avaient été maintenus, cela aurait été des sous-Jeux » déclare Thierry Zintz, vice-président du Comité olympique belge.

Un scénario exceptionnel. Les JO n’avaient pas connu un tel enclin dans l’histoire moderne. Depuis sa création en 1896, la compétition n’a été annulé qu’à trois occasions. Durant les Guerres Mondiales (en 1916, 1940 et 1944) et cette année pour cause de guerre sanitaire. Toutes les compétitions sportives sont actuellement suspendues en raison de la pandémie du Covid-19.

JO de Tokyo : un point sur la situation

Les Jeux olympiques 2020 sont en péril avec la crise sanitaire du COVID-19. Pour le moment maintenus, des questions se posent sur un éventuel report de la compétition. Entre la flamme olympique qui est arrivée au Japon et les annonces du Comité International Olympique, voici un point sur la situation actuelle.

Quatre mois nous séparent de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’été de Tokyo. Une marge relativement suffisante pour envisager le maintien de l’évènement mais la crise mondiale autour du coronavirus ne semble pourtant toujours pas réglée, loin de là. Le Serbe Nenad Lalovic, membre du CIO, déclarait jeudi 19 mars : « Nous sommes très optimistes sur la tenue des Jeux olympiques de Tokyo aux dates prévues ». Des propos qui confirment les déclarations d’un des porte-paroles du comité qui avait annoncé mardi qu’il « n’était pas nécessaire de prendre des décisions radicales ».

Si la décision finale ne devrait être connue que fin mai selon le doyen du CIO, Dick Pound, de nombreuses questions se posent que ce soit pour les athlètes ou pour des raisons extra-sportives. De nombreux pays sont en confinement total dans le monde entier. Les athlètes ne peuvent pas préparer cette échéance dans de bonnes conditions et leurs plans sont clairement modifiés. Il y a quelques jours, Dorian Coninx, triathlète français double champion du monde de relais mixte, nous confiait que l’annulation et le report de certaines courses impactent grandement son début de saison pré-olympique, et qu’il faut s’adapter au vu de la situation actuelle. Comme lui, de nombreux sportifs n’ont également toujours pas obtenu leur qualification pour les JO. Le CIO s’est exprimé sur le sujet et annonce qu’une « augmentation du quota d’athlètes sera envisagée au cas par cas dans des circonstances exceptionnelles, avec le concours du comité d’organisation de Tokyo 2020« .

La flamme olympique poursuit son chemin

Le flambeau ne semble pas vouloir s’éteindre. La fameuse flamme olympique est arrivée en provenance de Grèce, vendredi 20 mars, au nord-est du Japon dans la base aérienne d’Higashimatsushima. Un lieu choisi de manière symbolique pour rendre hommage aux reconstructions de la zone géographique dévastée par le séisme et l’accident nucléaire de Fukushima en 2011. Si le parcours, sous forme de relais, organisé sur l’ensemble des régions du pays a été maintenu, les festivités qui devaient l’accompagner ont été revues à la baisse suite à la crise mondiale autour du coronavirus.

La flamme olympique est officiellement arrivée sur le sol japonais
(Twitter : @Tokyo2020)

La torche doit arriver le 24 juillet prochain à Tokyo durant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Si elle n’est pas éteinte en cours de route dans le cadre d’un report ou d’une annulation.