Lucas Ocampos : une ascension fulgurante

C’était la reprise de la ligue espagnole de football ce jeudi, ce que l’on peut déjà dire, c’est que Séville et Lucas Ocampos n’ont pas manqué au rendez-vous. Auteur d’un but et d’une passe décisive, il a été l’élément-clé de la victoire 2-0 de son équipe. L’Argentin brille et attire l’attention des grands clubs comme le FC Barcelone ou le Real Madrid qui s’y intéresseraient de près. C’est l’occasion de faire un tour sur l’ascension de l’ancien ailier de Marseille.

Avant l’interruption de la compétition due au Covid-19, le joueur argentin en était déjà à 10 buts et 2 passes décisives en championnat. La « trêve » ne l’a apparemment pas atteint sur ses performances et il montre qu’il est le joueur à suivre en cette fin de saison : « Revenir sur les terrains était une bonne chose, mais revenir de cette façon, je n’ai même pas les mots. La semaine a été difficile car j’ai été touché physiquement, mais je suis content d’avoir joué et marqué dans un derby, c’est vraiment unique (…) Trouver le chemin des filets dans un derby, c’est toujours quelque chose de spécial » explique le natif de Quilmes.

Les grands clubs aux aguets

Avec de telles performances, les grands clubs européens commencent à s’y intéresser de très près, le Real Madrid est l’un des clubs qui auraient le joueur dans le viseur. Dans un entretien donné à la radio Planeta 947, il explique qu’il aimerait bien sûr jouer dans l’une de ces grandes équipes : « l’autre jour, nous avons discuté avec ma femme. Nous avons ouvert le journal et avons vu que le Real Madrid me voulait (…) ce sont des choses qui me motivent beaucoup. Le plus grand souhait d’un joueur est de jouer dans ses clubs » déclare-t-il. Florentino Pérez, actuel président du club Merenge, serait prêt à inclure des joueurs dans l’opération pour faire baisser le coût du transfert. On peut penser au latéral gauche Sergio Réguilón, actuellement prêté à Séville ou encore à l’ancien Lyonnais Mariano Diaz.

Le club madrilène n’est évidemment pas le seul à vouloir le recruter, le Borussia Dortmund, le Bayern Munich ou encore Manchester United sont prêt à agir pour s’offrir les services de l’ancien Marseillais. Lié au club andalou jusqu’en 2024, il faudrait débourser les 70 millions de sa clause libératoire pour espérer un transfert du joueur de 25 ans.

Marseille, Monaco puis Séville

Lucas Ocampos revient de loin. Après avoir quitté le championnat argentin en 2012, il rejoint alors les rangs de l’AS Monaco. Prêté à plusieurs reprises à Marseille, au Milan ou encore à Genoa, il vient finalement se stabiliser du côté du club phocéen en juin 2017.  Il réalise alors une saison sensationnelle et permet à l’Olympique de Marseille de réaliser un parcours flamboyant en Europa League et d’atteindre la finale avant de s’incliner lourdement contre l’Atlético Madrid 3-0.

Apprécié par tous les Marseillais et considéré comme un guerrier sur le terrain, il quitte la 2ème plus grande ville de France et prend la direction de l’Espagne. Pour 15 millions d’euros, il rejoint le FC Séville  dirigé par Julen Lopetegui, ancien coach du Real Madrid le 3 juillet 2019. Il va très vite devenir un élément indispensable au sein de l’effectif andalou. Plus fort que jamais, son avenir ne peut qu’évoquer de bonnes prévisions en vue de ses bonnes performances et des belles offres proposées à son égard, reste à savoir qui va viser dans le mille pour s’offrir le « guerrier argentin ».

(crédit photo mise en avant / Monaco contre le Zénith / Kirill Venediktov)

L’OM, Champion’s Project ou Reconstruction Project ?

À l’Olympique de Marseille, même quand tout va bien sur le plan sportif, les coulisses arrivent à animer le football français. Le départ d’Andoni Zubizarreta, directeur sportif du club, en a surpris plus d’un. Un départ qui pourrait bien précipiter une énorme tourmente au sein de la direction olympienne.

Le 14 mai sonne le glas pour le directeur sportif de Marseille, Andoni Zubizarreta. Dans la soirée, ce dernier apprend que la direction a décidé de rompre son contrat, qui courait jusqu’en 2021. Même si un « commun accord » a été trouvé pour ce départ, cette décision montre bien les tourmentes dans lesquelles les dirigeants de l’OM, dont Jacques-Henri Eyraud, doivent faire face. Car Marseille n’est pas un club comme les autres. Après une qualification en Champion’s League obtenue pour la saison prochaine, une première fois depuis 2013, la saison 2020/2021 de l’OM s’annonçait sous les meilleures hospices.

Un départ non sans conséquences

Ces derniers jours, les rumeurs concernant un rachat du club par le prince Saoudien Al-Walid Bin Talal faisaient miroiter aux supporters, l’idée que le club puisse se mettre à concurrencer son rival numéro 1, le Paris Saint-Germain. Finalement, ce rachat n’était qu’une simple rumeur et la réalité a vite rattrapé le rêve. Le départ d’Andoni Zubizarreta, unanimement reconnu comme un homme de talent, a fortement fragilisé le vestiaire, mais aussi décrédibilisé la direction. Suite à cette annonce, André Villas-Boas, l’entraîneur de l’OM a été très affecté et a d’ailleurs refusé la prolongation de son contrat. Le technicien portugais a toujours clamé que son avenir au club était « intimement lié » à celui d’Andoni Zubizarreta. Un départ qui pourrait en entraîner un autre ? L’hypothèse est plus que probable. Il faut dire que la direction instable de l’OM y est pour beaucoup. En effet, Andoni Zubizarreta qui, rappelons le, est quand même passé par l’Atletic Bilbao et le FC Barcelone, n’a jamais eu à Marseille, la liberté qui faisait autrefois de lui, ce directeur sportif si talentueux. Pour beaucoup, ce départ précipité est un immense gâchis, tant « Zubi », comme il était surnommé, était à l’origine de l’arrivée de « bonnes pioches » comme Luiz Gustavo Valentin Rongier ou encore André Villas-Boas. Aujourd’hui, le Basque ne fait plus partie de l’organigramme de l’OM. Et si André Villas-Boas empruntait le même chemin ?

Qui pour le(s) remplacer ?

Si la direction olympienne assure que le départ de Zubizarreta était dans l’air du temps depuis l’automne 2019, aucun travail pour trouver son remplacement n’a été commencé. Le président Jacques-Henri Eyraud pourrait bien voir sa charge de travail être doublée si André Villas-Boas venait à quitter le navire, ce qui semble être, malheureusement, plus que probable tant le technicien Portugais est déçu. Si peu de noms ont circulé pour remplacer Andoni Zubizarreta, plusieurs noms circulent déjà pour succéder à André Villas-Boas qui, lui, n’est pourtant pas encore parti. Ainsi, Christophe Galtier, entraineur du LOSC, a été sondé, de même que Leonardo Jardim actuellement libre de tout contrat, mais aussi… Bruno Génésio ! En effet, l’OM a pris des renseignements sur l’ancien entraîneur de l’Olympique Lyonnais, sans toutefois entrer directement en contact avec celui qui exerce actuellement en Chine.

Quoi qu’il en soit, le départ d’Andoni Zubizarreta entraîne (déjà) des complications au sein du club, alors que la saison 2020/2021 s’inscrit pour l’instant en pointillés. Mais l’Olympique de Marseille reste fidèle à lui même… Même quand tout va bien, il existe une manière de se compliquer la vie !