Le tennis de retour à compter du 14 août

Les tournois de tennis sont à l’arrêt depuis mars dernier. Après l’annulation de Wimbledon, de toute la saison sur terre battue et de la saison sur gazon, l’ATP et d’autres compétitions ont (enfin) annoncé une date officielle de retour à la compétition.

Ce sera le 14 août. Après 5 mois sans tournois officiels, le tennis reprendra progressivement. Depuis le déconfinement, des tournois amicaux se disputent dans différents pays. Le plus connu est celui organisé par Novak Djokovic. Depuis la semaine dernière, le n°1 mondial a commencé une tournée chez lui, dans tous les pays des balkans, avec des adversaires de prestige comme Dominic Thiem, Alexander Zverev et Gregor Dimitrov.

Mais cette fois-ci, l’ATP a annoncé le retour à la compétition officielle pour le 14 août. Le tournoi de Washington aura lieu durant la première semaine de la reprise. Le Masters 1000 Western & Southern Open sera délocalisé à New York (au lieu de Cincinnati). Sur les mêmes cours aura lieu le tournoi de l’US Open le 31 août.

Saison sur terre battue improvisée

Afin de laisser une place à la terre battue, complètement annulée en raison du confinement, les Masters 1000 de Madrid et de Rome auront lieu en septembre. Ces deux tournois précèderont le 3ème et dernier grand chelem de l’année : Roland Garros.

Il reste désormais à savoir si les joueurs de tennis auront la confiance nécessaire pour voyager dans le monde entier avec le risque d’attraper le Covid-19. Novak Djokovic a fait part de ses réserves dernièrement concernant la tenue de l’US Open, privilégiant ainsi le tournoi de Roland Garros 3 semaines plus tard. Un avis partagé par de nombreux joueurs.

Crédit photo mise en avant : Pixabay

Roland-Garros : retour sur les rencontres mythiques du tournoi

Le tournoi annuel à Porte d’Auteuil aurait dû déjà commencer. Une semaine au lieu de deux, septembre au lieu de mai et très probablement à huis clos, le coronavirus n’épargne pas le monde du tennis. De Yannick Noah, en passant par Novak Djokovic, Dominic Thiem, jusqu’à la rivalité Nadal-Federer, revivez les plus gros duels et matchs qui ont marqué ce tournoi du Grand Chelem français… 

Ce mois de mai ne verra pas la légendaire compétition, Roland Garros. Non, pas de parapluies ni d’ola dans les arènes du court Philippe Chartier ou celui de Suzanne Lenglen.  Roland Garros, l’un des quatre tournois du Grand Chelem annuel se tiendra tout juste une semaine après la finale de l’US Open.

Yannick Noah vs Mats Wilander

2 heures et 25 minutes auront fallu à Yannick Noah n°6 du tennis mondial, pour remporter le Roland-Garros de 1983. Le Français impose son jeu dès le début de la rencontre contre le suédois Mats Wilander n°5 mondial sur le fameux court central. « Un superbe combat contre deux superbes garçons ». L’attaque et la volée, c’est ce qu’a privilégié Noah contre un adversaire subissant en fond de court. Offensif dès le début du match, le Français impose sa présence physique et enchaîne les points sur le n°5 mondial en s’imposant en 3 sets : 6/2, 7/5, 7/6. Deux balles de match suffiront à Yannick Noah pour gagner cette finale. Premier succès français depuis 37 ans…

Roger Federer vs Rafael Nadal

Incontestablement, lorsque l’on vous évoque Roland-Garros, vous visualisez la couleur ocre des terrains… mais aussi le classique duel Federer – Nadal. « Un match de légende » rime avec une finale entre le numéro un et le numéro deux, un certain mois de juin 2006. 22 ans qu’un tel match ne s’était pas produit sur le court central de Roland-Garros. Roger Federer n’a jamais battu Rafael Nadal à Roland-Garros, mais l’a toutefois dominé une fois de manière incroyable… À seulement 20 ans, Rafael Nadal remporte son deuxième Roland-Garros, privant son adversaire de remporter un quatrième titre majeur consécutif après Wimbledon, l’US Open et l’Open d’Australie. Alors que Federer prenait les trois premiers jeux, l’Espagnol s’est ressaisi rapidement. Après avoir commis de nombreuses fautes inhabituelles, l’espagnol inverse vite la tendance.  Alors mené 6-1 dans le match, « l’infatigable » se rattrape dès le début de la deuxième manche, prenant en seulement six minutes le premier jeu. En trois heures, l’Espagnol conclut le match et savoure alors son deuxième sacre après quatre sets très disputés (1-6, 6-1, 6-4, 7-6).

Roger Federer vs Novak Djokovic

Juin 2011, l’ « un des matches de l’année » sur le court Philippe-Chatrier. Roger Federer retrouve les demi-finales du tournoi devant un adversaire de taille, Novak Djokovic. Après un combat mythique de 3h39, le Suisse s’impose en quatre sets : 7/6 6/3 3/6 7/6. Les deux champions se rendent coup pour coup durant l’intégralité du match mais Federer aborde mieux les points importants. La légende Suisse remporte le match en quatre manches et empêchera « Djoko » d’égaler le record établi par John McEnroe en 1984 de 42 victoires consécutives. 

Novak Djokovic vs Andy Murray 

Une finale historique opposant le numéro un mondial, Novak Djokovic contre le numéro deux, Andy Murray. Juin 2016, c’est la délivrance pour Novak Djokovic. Les deux champions s’affrontaient pour la 34ème fois de leur carrière, et pour la 16ème fois en finale, mais une première à Porte d’Auteuil. Trois heures de jeu et Novak Djokovic remporte la finale de Roland-Garros en s’imposant contre Andy Murray (3-6, 6-2, 6-1, 6-4). Quatrième tentative en finale,  « Djoko »  remporte enfin le seul titre du Grand Chelem qui manquait encore à son palmarès.

Novak Djokovic vs Dominic Thiem 

Le 7 juin 2019, un seul mot pour la décrire, déception. Lors de ce match, deux légendes du tennis, s’affronte. Novak Djokovic, alors mené 3-1 dans la troisième manche du match se voit chanceux.

La fin de cette demi-finale 2019 est interrompue et reportée à cause des mauvaises conditions météorologiques. Le vent et la pluie empêchent aux deux joueurs de se départager pour la grande finale contre Nadal.

Roland Garros : une organisation à huis clos ?

Déjà repoussés du printemps à l’automne, les Internationaux de France émettent de nouvelles spéculations. D’après la FFT (Fédération Française de Tennis), l’idée d’un déroulement à huis clos n’est pas à exclure. Suivant l’évolution du COVID-19, son organisation pourra alors être revue si jamais le concept se concrétise.

Déjà reporté, l’organisation du tournoi parisien avait dû préalablement rembourser tous les billets achetés après cette annonce jeudi dernier. « Nous avons fait le choix de reporter Roland-Garros à la fin du mois de septembre, et en responsabilité, nous travaillons actuellement en collaboration avec les autorités françaises pour en définir conjointement les mesures adaptées, qui garantirons la santé et la sécurité de toutes les populations présentes » expliquait la fédération. Mais l’idée du huis clos n’est pas la suite logique des choses. Selon Bernard Giudicelli, « l’organiser à huis clos permettrait de faire tourner une partie du modèle économique ». Roland-Garros pourrait devenir le premier tournoi de tennis à se jouer sans public. Mais d’après Jean-François Vilotte, directeur général de la FFT, « la seule chose dont on est sûr, c’est que Roland-Garros sera un tournoi responsable et respectueux de la situation sanitaire. »

Réduire fortement les capacités d’accueil

D’après Jean-François Caujolle, directeur de l’Open 13, des aménagements sont envisageables pour organiser le rendez-vous n°1 sur terre battue. « Même si ça peut faire penser aux rires enregistrés des mauvaises séries américaines, on peut imaginer glisser des sons d’applaudissements, voire garnir les tribunes de mannequins, lâche-t-il d’abord. Plus sérieusement, on pourrait peut-être aussi respecter les distanciations sociales en réduisant fortement les capacités. Accepter 3 000 personnes dans un Central qui peut en contenir 5 fois plus, serait moins dangereux qu’être dans le métro. »

Les arbitres comme seuls spectateurs 

Un Central complètement vide avec comme seuls spectateurs des juges de lignes et des ramasseurs de balles… L’idée semble invraisemblable. Et pourtant, elle n’est pas si insolite que ça. Selon Loïc Courteau, l’un des entraîneurs de Lucas Pouille, il indique : « la situation, exceptionnelle, impose de prendre des mesures tout aussi exceptionnelles. » Il rajoute que « pour les joueurs, ça pourrait être spécial de jouer sur un Central complètement vide. Les matchs ressembleraient à des entraînements, mais avec des arbitres. »

Reste à savoir si le huis clos ne réserve pas d’autres surprises aux joueurs. Le manque de soutien pour les stars de l’ATP risque de permettre aux outsiders de créer l’exploit et, qui sait, faire tomber l’enfant de Manacor, Rafael Nadal.

Masters 1000 Paris-Bercy : Les gros assurent, Tsonga ouvre la voie à Monfils

Après la sortie de route inattendue de Daniil Medvedev au 2ème tour mardi, les autres cadors du circuit entraient en lice ce mercredi. Nadal et Djokovic étaient sur les courts, tout comme Monfils, qui espère toujours participer au Masters de Londres, du 10 au 17 novembre prochain…

Hier débutait la 3ème journée du dernier Masters 1000 de la saison. Les spectateurs d’une AccorHotels Arena toujours pas remplie ont pu assister à de beaux duels. En début de journée, l’actuel 5ème du classement ATP, Dominic Thiem, s’est défait d’un Milos Raonic accrocheur. Le Canadien, normalement habitué au top 8, a réussi à s’octroyer la seconde manche (7-5) après avoir laissé échapper la première au tie-break (7-6 (7-5)). Finalement, l’Autrichien, récent vainqueur du tournoi de Vienne, a pu accéder aux huitièmes de finale en faisant le break dans l’ultime set (6-4). La journée a aussi été marqué par une avalanche de jeux décisifs. En effet, Cristian Garín, Alex De Minaur et Stan Wawrinka l’ont tous les trois emporté grâce à deux tie-break arrachés. Leurs victimes, respectivement John Isner, Roberto Bautista-Agut et Marin Cilic, n’ont quant à elles pas réussi à hausser le ton en fin de sets. Après cette mise en bouche excitante, les férus de tennis ont pu assister aux entrées en lice de Rafael Nadal et Novak Djokovic. Tous deux opposés à des « Frenchies », ils ont dans un premier temps fait face à la résistance des deux gauchers Adrian Mannarino et Corentin Moutet. Si l’Espagnol a réussi à breaker le 43ème mondial dans les deux manches (7-5 / 6-4), « Nole » a eu plus de mal à faire la différence face au jeune Français de 20 ans (7-6 / 6-4).

Si les matchs évoqués ci-dessus n’avaient pas grand intérêt dans la dernière ligne droite de la saison, certains joueurs ont dit adieu à la course aux Masters de Londres. Mais Gaël Monfils, lui, a encore toutes ses chances. Les défaites cumulées de David Goffin, Diego Schwartzman, Fabio Fognini et Matteo Berrettini servent la cause du spectaculaire Français. Tombeur de Benoît Paire (6-4 7-6), la « Monf » a réalisé la bonne affaire puisque dans un classement ATP actualisé, il se retrouve à 275 points d’une 8ème place synonyme de qualification pour Londres et occupée par un Berrettini éliminé. Si le Parisien de naissance parvient à se défaire de Radu Albot (50ème mondial), il ne sera plus qu’à une victoire du graal. Et il pourra remercier son compatriote Jo-Wilfried Tsonga. Auteur d’un de ses meilleurs matchs en 2019, le Manceau a écarté, en deux sets (6-4 6-3), la révélation italienne de la saison : Matteo Berrettini. Dans la dernière ligne droite de la saison que nous évoquions lundi, Monfils a donc pris une option. Il devra cependant se méfier du dernier concurrent (ils sont deux en réalité mais De Minaur paraît loin) qui peut lui chiper sa place dans le gratin du tennis mondial. Si Wawrinka l’emporte dimanche à Bercy, alors il ravira l’ultime ticket pour l’O2 Arena. Les résultats de la journée ont aussi fait les affaires d’Alexander Zverev. L’Allemand pourra défendre son titre à partir du 10 novembre prochain au tournoi des Maîtres, après s’être assuré de terminer à la 7ème place de l’ATP RACE.

Les affiches du jour (1/8èmes de finale):

Jérémy Chardy – Cristian Garín

Grigor Dimitrov – Dominic Thiem

Alex De Minaur – Stefanos Tsitsipás

Novak Djokovic – Kyle Edmund

Jan-Lennard Struff – Jo-Wilfried Tsonga

Alexander Zverev – Denis Shapovalov

Stanislas Wawrinka – Rafael Nadal

Gaël Monfils – Radu Albot

Masters 1000 Paris-Bercy : dernière ligne droite avant Londres

Dimanche prochain, la majeure partie des joueurs ATP aura dit au revoir au circuit professionnel, pour quelques semaines au moins. Avant cela, le Masters 1000 de Paris-Bercy va être le théâtre des ultimes rebondissements dans la course au si prestigieux Masters de Londres.

Les six prochains jours vont être cruciaux pour le gratin du tennis mondial. En effet, si Nadal, Djokovic, Federer, Medvedev, Thiem et Tsitsipas ont déjà composté leur billet pour les ATP Finals de Londres (du 10 au 17 novembre), leurs poursuivants à la RACE (classement sur l’année) ne peuvent pas en dire autant. Au jour où débute le dernier Masters 1000 de la saison, ils sont encore neuf (Kei Nishikori étant blessé) à pouvoir décrocher l’un des deux derniers tickets pour le dernier rendez-vous de la saison. À l’heure actuelle, Alexander Zverev et Matteo Berretinni tiennent la corde, mais Roberto Bautista-Agut, Gaël Monfils ou encore David Goffin les talonnent. Si Khachanov ou Wawrinka semblent déjà loin, des faux pas consécutifs de tous leurs concurrents directs les remettraient dans la course. Effectivement, 830 points séparent l’actuel 8ème (Berretinni) du 16ème (Khachanov). De fait, Fabio Fognini et Diego Schwartzman ont encore leur carte à jouer. L’Argentin espère surfer sur sa bonne semaine à Vienne, où seul Dominic Thiem a pu le stopper après une finale accrochée.

En dehors de cette course au Masters qui va tenir en haleine la planète tennis, l’AccorHotels Arena pourrait encore livrer son lot de surprises. Après deux éditions aux vainqueurs inattendus (Jack Sock en 2017 et Karen Khachanov en 2018), il ne serait pas surprenant de voir un petit nouveau triompher dans l’arène de 15300 places. Évidemment, Djokovic et Nadal (têtes de série numéro 1 et 2) font figure d’épouvantail dans un tableau amputé de la présence de Federer, qui préfère se ménager. Mais Medvedev, joueur le plus régulier cette année, espère signer une nouvelle grosse performance. Placé dans la partie haute du tableau, il pourrait retrouver le « Joker » (Djokovic) en demi-finale. Thiem, quant à lui, voudra enchaîner après son titre à domicile (à Vienne) ce dimanche. Parmi les outsiders, Tsitsipas, auteur d’une belle prestation à Bâle, posera certainement des soucis à ses adversaires. Milos Raonic, déjà auteur de beaux parcours dans la Capitale, aura l’occasion de conclure en beauté une saison placée, une nouvelle fois, sous le signe de blessures répétées. Enfin, il faudra surveiller de près les coups d’éclat de Denis Shapovalov, Borna Coric ou de Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur en 2008 et finaliste en 2011.

ATP Bercy : FlashBack sur 5 moments marquants du tournoi